Ya habibati

????

Je sens que dans mon pantalon
Mon sexe a perdu toute raison
Je veux te frôler, mon amie
Exploser, tout risquer, oui !

Je veux que ta main me caresse
Puis frôle ce chibre qui se dresse
La mienne est pressée de déboutonner
Ce pantalon devenu camisole, pitié !

J’imagine que mon pénis, ce vilain
Se fraie un passage entre tes seins
Tu veux savoir si tout cela est sage ?
Sache que de cela je ne me préoccupe pas !

Si toi, vilaine, tu tentes de te dérober
Si jamais ton intention est de te révolter
Alors, mes paumes claqueront sur tes fesses
Un feu vif et rouge brûlera ma diablesse !

Un incendie maintenant embrase ta parcelle
Ma verge encore plus se gonfle, on l’ensorcelle
La seule issue sera pour moi ton anus, ciel !
Vénus, j’écarte tes fesses. Elles sont mon ciel !

Ma douce, ne fuis pas, je m’introduis
Tu sais que j’avance. Là, je m’appuie
Je jubile, j’ai chaud. Ici, aucun ennui
Mes gonades cognent, oui, tu cries !

À présent entre mes griffes, tu es mon festin
Tu ne veux plus t’échapper de cet écrin.
J’ai colonisé ton corps, je suis ton suzerain.
Sous cette chaleur, oui, tu m’appartiens !

Viens enfin le moment que tu attends
Rassure-toi, je ne prends pas mon temps,
Je vais vite, je fais vite, te contentant
Non, tu ne vas pas attendre plus longtemps !


(janvier 2011)

Ce texte est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons

Publié par AUGUSTUS

Lorsque les hommes auront compris qu'ils ne sont que des hommes, nous n'aurons plus de raison d'avoir peur de nos différences. --- Take it as it comes. And if it doesn't come, then take all your clothes off.