Le mal est en moi (Maux)

Voici un petit texte pour ceux qui pensent que le mal est en eux.
Ce sentiment provient souvent d’un manque de confiance insidieux.
Même si l’on en a conscience, peut-on ainsi vivre heureux ?
Sachons ouvrir les yeux, et dépassons l’idée d’un mal ou d’un bien.
Satisfaisons-nous de ce que nous sommes sans chercher à imiter notre prochain,
Seul un certain état d’esprit et des valeurs aident à tisser des liens.

 

Le mal est en moi

 

Le mal est en moi
Il s’est insinué
Sans même un émoi
Tranquillement, il s’est installé.

J’étais un ange à mon réveil
Une chose qui émerveille
Une créature que l’on caresse…
Autour de moi, tant de liesse…

Le mal est en moi
Un destin malin.
Sans laisser le choix
Il ne partira plus, c’est certain.

J’étais innocent
Je suis inconscient.
On me voulait du bien
Je ne suis pas un saint.

Le mal est en moi
Comme un trait maladroit
Qui tout en moi
Dessine son dessein.

Je serai un homme à mon sommeil
Une créature responsable de ses actes.
Le mal était en moi
Mais je serai resté moi. Dernier acte.

 

(août 2007)

 

Ce texte est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons

Hommes du net = hommes malhonnêtes (?)

Les hommes

 

Dieu a créé toutes les femmes,
Et l’homme a allumé la flamme.
Surtout que personne ne le blâme
Il préfère plutôt qu’on l’acclame
Toujours prêt à donner son âme
Aux plus offrantes, mesdames !

Aucune remise en question pour le sexe fort
La fidélité, bof, ce n’est pas son fort
Ce qu’il veut, c’est juste faire le fort
Pour ça, il n’a pas besoin de faire d’effort,
Avec l’autre sexe, c’est lui d’abord
Pas question de ne pas être d’accord !

Tu me juges, tu décries mon comportement
Mon seul juge voit bien tes agissements

Il traîne en bande, histoire de se faire voir
Crois que cool rime avec soirée à boire !
Paraître classe, c’est être en déboire…
« Mais moi les femmes, je peux les avoir
Elles sont à mes pieds, c’est mon pouvoir »
Leur dignité ? Juste un truc de dépotoir.

Une ne lui suffit pas sur cette planète
Son repère se trouve désormais sur internet
À la recherche d’une nouvelle play-mate,
Pour elle, il est prêt à faire une scénette
Pour un dial hot, son pseudo corps d’athlète
Fera l’affaire, pense-t-il, mais pas être honnête.

Tu as proscris : « al hob »
Ta philosophie, c’est al z*b

Tandis qu’elle croit à une belle vie
Lui ne veut qu’une pauvre chipie
À consommer au fond d’un cagibi
Le sexe c’est toujours en catimini
Faut bien satisfaire ses envies
Évidemment, faut bien tromper l’ennui.

S’il fait clean, c’est une contrefaçon
Auprès de tous les autres, faire la leçon
La fidélité et la piété, il en fait mention,
À tous ceux qui ne seraient pas à l’unisson
Avec ses idées qu’il croit mettre en action
Pointe alors son index menaçant : « punition ! »

Je n’ai qu’une envie, te montrer qui je suis
Un jour pour toi aussi, viendra la nuit.

Quand plus personne n’est là pour écouter
Il se change en vampire, oubliée la piété
Il se change en charogne, oubliée sa dulcinée
Mais pas question pour elle de se détourner
Ça ne serait qu’une pauvre illuminée
Qui ne mériterait que d’être abandonnée.

 

(décembre 2008)

 

Ce texte (acerbe) est mis à disposition sous un contrat Creative Commons

Je ne crois plus au père noël

Je ne crois plus au Père Noël
Son traîneau est tombé à la mer
Ses rennes se sont égarés
Et sa hotte a été dévalisée.

Je ne crois plus au Père Noël
Avec ma carte bancaire
Je peux m’acheter des biens de consommation
Des biens d’aliénation.

Le Père Noël n’existe plus
Son entreprise a fermé et ses lutins licenciés
Il a tout vendu au télé-achat
Gloire à Coca-Cola.

Le Père Noël n’existe pas
Ça, j’en suis convaincu
Les barbus ne sont plus ce qu’ils sont
Des barbus ne savent plus ce qu’ils font.

De pères Noël on nous assène
Tout ira bien on nous martèle
À la lune, on nous fait croire
Au Paradis, je préfère croire.

 

[note de 2008 : je trouve effectivement que ce texte fait preuve d’une naïveté réellement avérée… ^^]

 

Ce texte est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons