T’aimer comme ça

Salamaleykum/bonsoir,

Comme j’aime beaucoup ce titre de Mayer Hawthorne : « Love Like That », j’ai donc fais une adaptation (très libre) des paroles.

J’espère que vous apprécierez incha Allah… Adiba aussi, je l’espère. 🙂

Bon été à toutes et tous et leila saïda !

Tu me fais du charme, moi, je m’emballe,
Tu aimes quand rien n’est banal
Tu vas trop loin, et encore plus loin
Pourtant, je ne refuse rien.
Je suis gêné, et toi tu fonces
Je suis pressé, quand tu renonces
J’attends mon tour, tranquillement,
Il viendra le bon moment.

Je fais semblant, je regarde ailleurs.
Je n’en sais pas moins, par ailleurs.

Je veux t’aimer comme ça
Sans réfléchir. Accélérer.
Et si nos cœurs s’emballent,
Ne ralentit pas !

Oui, je veux t’aimer comme ça !
Sauter dans le vide pour voir.
Et si jamais nos cœurs lâchent,
Qui s’en mordra les doigts ?

Tu peux m’appeler, même tard le soir
Quand ton couple, c’est plus la joie.
Oublie le dîner, et le dessert,
Tu sais bien ce que je préfère.
Je te veux du bien, tu veux bien pire,
Je fais un film, mais tout empire.
Tout s’inverse, sans prévenir,
Une sorte de sorcellerie.

Je fais semblant, fait l’indifférent.
Je n’en sais pas moins, soyons franc.

Je veux t’aimer comme ça
Sans réfléchir. Accélérer.
Et si nos cœurs s’emballent,
Ne ralentit pas !

Oui, je veux t’aimer comme ça !
Sauter dans le vide pour voir.
Et si jamais nos cœurs lâchent,
Qui s’en mordra les doigts ?

Ce genre d’histoire :
Je sais ce qu’il faut croire
Je ne suis pas naïf. Tu vois…

…J’attends de ta part
Un signe, un départ,
Ne soyons pas en retard.

Je veux t’aimer comme ça,
Sans réfléchir. Accélérer.
Même si cela va trop loin,
Je n’en veux pas moins !

Oui, je veux t’aimer comme ça !
Sauter dans le vide pour voir.
Même si l’on se brûle,
Laissons là les scrupules…

 

(juin 2016)

 

Ce texte est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons

Amour hasardeux

Je me demande quelquefois
Si je ne suis pas qu’un pion
Ce n’est pas toujours moi
Qui lance les dés.
Malgré tout, j’ai envie de t’aimer
De t’accorder mon attention.

J’ai envie de t’aimer
J’oublie que tu es mariée.
Je m’incline face à ce destin
Pour toi, je deviens un saint
Pourquoi ai-je choisi de m’aventurer
Dans une voie qui n’est pas aisée ?

Tes yeux et ton corps
Sont ce à quoi un homme
N’a pas le droit de rêver
Et la peur de me détourner
De ce pour quoi je suis destiné
Me remplit parfois de culpabilité.

J’aimerais que tout cela
Ne soit qu’un rêve que le réveil
Suffit à faire oublier.
Pourtant tu es bel et bien là
Et je ressens toujours la joie
Dans ces moments-là.

Je me demande parfois
Ce que tu attends de moi
Moi qui n’ai rien d’un roi
Pourquoi toute cette attention ?
Souvent tu es trop proche
Je suis attiré et je m’approche…

…Je caresse ton corps
Nous faisons l’amour.
Je me sens faiblir
Puis je me fais des reproches
Je ne veux pas commettre de péché
Sur la bonne voie, je me raccroche
Sans que je ressente l’envie de t’oublier…

…Les femmes sont dangereuses
Il faut que je me fasse à cette idée
Je dois me dire que c’est risqué
De parler ainsi à une femme mariée.
Ne vaudrait-il mieux pas t’oublier
Et avoir d’autres pensées ?

Je m’approche, je suis attiré…
Sans que je ressente l’envie de t’oublier.

(septembre 2006)

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons