Dès que j’ai vu cette fille

Dès que j’ai vu cette fille
Entre elle et moi, je me suis dis
L’amour est si facile
Et que la haine est si difficile.

Je ne pensais qu’à elle
J’aurais pu écrire : je suis à elle
Pour moi, y’avait pas de problème
Une chanson, et c’est le grand frisson.

Je lui ai demandé : « veux-tu te marier avec moi ? »
Elle a répondu « quoi ? »
Et j’ai senti son effroi
Et moi, je suis tombé dans le désarroi.

J’ai encore rêvé d’elle
Mais elle n’a encore rêvé de rien
Entre elle et moi, il n’y a plus rien
Les draps ne se souviennent de rien.

Je me disais : entre elle et moi y’a un futur
Pas de chance, je n’ai pas de voiture
Et puis trop de désinvolture
Il ne me reste que mes blessures.

Quand je l’ai croisé
Je pensais la rencontrer
Sur moi, elle ne s’est pas retournée
Moi qui pensais la faire danser.

Je rêvais à un film de ciné
Quand je me réveille : la réalité
Pour moi, y’avait de l’espoir
Pour elle, fallait me laisser croire.

Une famille et des enfants
C’est pour les autres
Des trucs d’adolescents
Écrit au feutre jaune.

J’étais amoureux de cette fille…
Entre elle et moi, c’est fini
Comme un mauvais vidéo-clip
Sur une chanson insipide…

 

Ce texte est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons

Publié par AUGUSTUS

Lorsque les hommes auront compris qu'ils ne sont que des hommes, nous n'aurons plus de raison d'avoir peur de nos différences. Take it as it comes. And if it doesn't come, then take all your clothes off.

Laisser un commentaire